L’enfant et ses droits

L’enfant et ses droits

L’enfant et ses droits


Qu’est ce qu’un enfant ? 👶 👧 🧒 👦 👩 🧑

 

 

Etymologiquement, “enfant” vient du latin infans, qui veut dire: “celui qui ne parle pas”. Cette signification reflète bien la réalité des enfants jadis, qui étaient dépourvus de droits, contrairement aux adultes.

La notion d’enfant a beaucoup évolué grâce au développement des mentalités et des cultures. Aujourd’hui, le terme “enfant” désigne globalement l’être humain de sa naissance jusqu’à l’âge adulte.

 

 

Plus précisément, la Convention internationale relative aux droits de l’enfant de 1989 définit l’enfant comme :

« […] tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable ».

 

 

A cette définition s’accompagne de l’idée que l’enfant est, d’une part, un être humain avec des droits et une dignité, d’autre part, qu’il doit être protégé par les adultes pour son bon développement. En effet, l’enfant se caractérise par sa jeunesse et sa vulnérabilité. C’est un adulte en devenir, qui n’a pas les moyens de se protéger seul: son développement englobe tout un ensemble d’apprentissages donnés par les adultes qui l’entourent. Et ces apprentissages seront les clés pour se former plus tard en tant qu’adulte.

 

Aujourd’hui, la protection des enfants est garantie par des textes de lois internationaux et nationaux, ainsi que par les instances gouvernementales et la société civile, dont le Conseil Français des Associations pour les Droits de l’Enfant (COFRADE) fait partie. 

 

 

 

Les « droits de l’enfant »… c’est quoi au juste ? 💡

 

 

Au cours des années, on s’est rendu compte que les textes législatifs garantissant les droits fondamentaux… ne concernaient pas les enfants! Pourtant, ces derniers ont besoin d’une protection particulière et donc, de droits particuliers aussi. Ils doivent être légalement reconnus comme des être humains et disposer de droits qui leur sont propres.

 

Les droits sont des outils qui sont mis à la disposition des individus, indifféremment de leur genre, de leur âge, de leur origine, afin qu’ils soient en mesure de se protéger en cas de conflits avec des personnes privées, mais également avec des personnes publiques. La particulière vulnérabilité des enfants et les inégalités de traitement entre les pays a rendu nécessaire la création d’un outil international pour garantir une protection minimale aux enfants du monde entier.

 

C’est ainsi que l’Assemblée Générale de l’ONU a formulé en 1959 la Déclaration des droits de l’enfant. Les déclarations sont une invitation à respecter les droits qu’elles contiennent, mais pas une obligation.

 

Entre 1979 et 1990, un groupe de travail s’est réuni pour réfléchir à ce que devait contenir une Convention, qui engagerait plus les Etats signataires. Il aura fallu onze ans de réflexion ! Le texte a finalement été achevé le 20 novembre 1990 et on l’appelle la « Convention internationale relative aux droits de l’enfant » (CIDE).

 

Aujourd’hui, 193 pays dans le monde acceptent les droits des enfants énoncés dans ce texte en ayant signé et ratifié cette Convention. Les Etats-Unis sont le seul pays reconnu par l’ONU qui n’a pas signé cette Convention.

 

 

Depuis la signature de la CIDE, le 20 novembre est célébrée la Journée Internationale des Droits de l’Enfant.

Le COFRADE y participe à sa manière par l’organisation des Etats Généraux des Droits de l’Enfant. Le but de cet évènement est avant tout de donner la parole aux enfants sur les questions qui les concernent. Cette année, c’est la liberté d’expression qui est mise à l’honneur aux EGDE.

 

Partager