Les Débats d’adolescents

Les Débats d’adolescents

Les Débats d’adolescents


Créés par Barbara Walter en 2006, les Débats d’adolescents ont pour objectif de donner un espace de parole aux jeunes, âgés de 14 à 18 ans, conformément à l’article 13 de la CIDE selon lequel l’enfant a droit à la liberté d’expression. Ces jeunes sont amenés à s’informer, à débattre et à participer à la vie sociale et politique.

La diversité des participants est au cœur du projet  afin de permettre une meilleure représentation de la parole des jeunes auprès des pouvoirs publics. En effet, ces enfants viennent d’établissements publics comme privés, de centres de loisirs ou de conseils de jeunes. Depuis plusieurs années, le débat a également bénéficié de la présence de jeunes allophones.

Chaque année, le thème du débat est choisi par le COFRADE (après une consultation auprès des participants) pour le questionnement qu’il soulève chez les jeunes sur des sujets de société en lien avec l’actualité.

Ces débats se préparent en amont (sur 3 ou 4 séances) au sein de leurs classes ou de leurs groupes dans un contexte de confiance, de liberté d’expression, d’écoute et de respect de la parole de l’autre sans jugement.

Une synthèse est ensuite envoyée au COFRADE pour préparer le débat final qui rassemblera tous les jeunes ayant participé au projet devant des personnalités politiques et institutionnelles.

 

 

Débats 2017 : S’engager, pourquoi et pour quoi faire ?

Malala Yousafzai

En 2014, le prix Nobel de la Paix fut attribué en même temps à Kailash Satyarthi, un universitaire indien qui consacre sa vie à lutter contre le travail des enfants et à une jeune pakistanaise de 17 ans, Malala Yousafzai, pour son engagement depuis ses 11 ans en faveur de l’éducation des filles, qui a failli lui coûter la vie.

Cet exemple prouve, s’il en est besoin, que l’engagement n’est pas réservé aux adultes. Cela nous a amené à nous interroger sur ce que signifie aujourd’hui le fait de s’engager pour les jeunes:

⇒ Quelle expérience d’engagement les jeunes ont-ils déjà dans leur vie familiale, à l’école, dans leur quartier ? Les jeunes ont-ils conscience que toute action a des conséquences? Ont-ils conscience que s’engager est un choix qui implique une prise de responsabilité?

LIVRET DES DÉBATS D’ADOLESCENTS 2017

 

********

 

Débats 2018 : Pourquoi l’éducation est-elle un droit? 🎓

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant détermine l’éducation comme un droit pour tous les enfants, quelle que soit leur origine, leur religion, leur environnement… dans son article 29, cette Convention définit les objectifs que doit viser l’éducation et rappelle les valeurs fondamentales qui devraient être transmises aux enfants et jeunes mineurs. En particulier: développer leurs dons et leurs aptitudes mentales et physiques, inculquer à l’enfant le respect de ses parents, de ses valeurs culturelles et des valeurs du pays dans lequel il vit, préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie et lui inculquer le respect du milieu naturel.

⇒ Mais aujourd’hui, qu’entendent les jeunes par « éducation »? Quels sens donnent-ils à ce mot ? Quelle éducation va leur permettre de grandir dans de bonnes conditions?

LIVRET DES DÉBATS D’ADOLESCENTS 2018

********

 

Débats 2019 : Internet, réseaux sociaux : richesse ou danger ? 📶📲

La CIDE, dans son article 17, reconnaît à l’enfant la possibilité d’accéder à une information adaptée: « Les Etats parties reconnaissent l’importance de la fonction remplie par les médias et veillent à ce que l’enfant ait accès à une information et à des matériels provenant de sources nationales et internationales diverses, notamment ceux qui visent à promouvoir son bien-être social, spirituel et moral, ainsi que sa santé physique et mentale ».

⇒ Mais, à l’ère du numérique, comment garantir aux jeunes un plein accès à ces informations tout en les protégeant des contenus qui peuvent leur nuire? 

LIVRET DES DÉBATS D’ADOLESCENTS 2019

 

********

 

Débats 2020 : Liberté d’expression! oui, mais comment et jusqu’où?

La CIDE précise dans son article 13 : « L’enfant a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l’enfant. L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions qui sont prescrites par la loi et qui sont nécessaires : a – au respect des droits ou de la réputation d’autrui ; ou b – à la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de la moralité publiques. »

⇒ Existe-il des limites à la liberté d’expression ? Faut-il poser des limites à cette liberté? La liberté d’expression d’existe-t-elle encore aujourd’hui ? 

 

Quatre régions vont participer aux débats de cette année, triplant la visibilité des débats du COFRADE: en plus de l’Ile-de-France, Occitanie, Auvergne Rhônes Alpes et La Réunion.

Cependant, comme nous l’avons craint dès l’annonce du confinement, les débats finaux entre avril et début juin ne pourront pas se tenir comme prévu.

Les régions Occitanie et de La Réunion ont le projet de reporter avec leurs jeunes leur débat final en octobre. Pour la région Auvergne Rhône Alpes Côte d’Azur, le débat final avec des scolaires et des Jeunes Ambassadeurs du Défenseur des Droits aura lieu le vendredi 20 novembre 2020.

En Île de France, le débat final prévu le jeudi 28 mai chez le Défenseur des droits et à l’Assemblée nationale a été annulé et ne sera pas reporté à la rentrée scolaire de septembre, pour deux raisons: la première, les jeunes, lycéens en majorité, auront changé de classe. La seconde : difficile d’organiser en si peu de temps à Paris un débat et les Etats généraux prévus en novembre.

 

Pour garder et enrichir jusqu’à la rentrée de septembre la réflexion commencée, le COFRADE propose à tous les enseignants ou animateurs de son réseau de demander à des jeunes, qui seraient volontaires d’une classe ou d’un groupe deux solutions :

  1. de proposer aux jeunes de répondre au questionnaire :

ACCÉDER AU QUESTIONNAIRE SUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION DES JEUNES

  • de demander à des jeunes, qui seraient volontaires, d’une classe ou d’un groupe, d’être appelés pour une interview sur ce thème de la liberté d’expression par un membre du COFRADE ou des JADE selon une procédure très précise respectant l’esprit des débats du COFRADE.

Ce recueil de la réflexion des jeunes servira de base aux Etats généraux des droits de l’enfant qui  devraient se tenir sur ce thème en décembre  2020 et dont nous t’informerons dès que ce projet se mettra en place.

 

Gardons espoir au nom des droits de l’enfant. Prenez soin de vous !

Partager